Carte de défoliation

Défoliation : processionnaires du chêne

Processionnaires du chêne. (C) L. M. Nageleisen DSF

Contexte d’utilisation de la carte de défoliation

Un insecte ou un microorganisme provoque une perte de feuillage ou un flétrissement brutal. Des actions sont requises pour prévenir l’aggravation du problème ou pour en limiter les conséquences. Davantage sur cet enjeu.

 

Prestation de FORESTYS

FORESTYS sélectionne les données satellitaires adaptées au cas à traiter (choix du satellite, dates des vues, données complémentaires éventuelles). Le traitement des données peut s’appuyer ou non sur des observations de calage au sol. Plus sur ce savoir-faire.

Les cartes de la canopée sont fournies sous forme de fichiers au format GeoTIFF ou tout autre format raster courant, ou imprimées sur papier à l’échelle et avec l’habillage demandé par le client.

 

Exemple : carte des défoliations en 2018 dans une forêt lorraine infestée de processionnaires du chêne.

Le problème

Les chenilles processionnaires infestent de nombreuses chênaies. Après des attaques répétées les chênes s’affaiblissent, et ils peuvent dépérir dans les cas les plus sévères.
Le risque principal concerne la santé du public et des professionnels de la forêt, car ces chenilles sont urticantes. Leurs mues relâchent des poils urticants pendant plusieurs mois à plusieurs années.
Dans les zones infestées les mesures de protection incluent :

  • des restrictions d’accès,
  • la réalisation des travaux par temps humide uniquement,
  • le port de protections individuelles, l’utilisation d’engins à cabines pressurisées,
  • le traitement phytosanitaire.

Il est donc utile de désigner les zones concernées.

Traditionnellement on s’appuie sur les retours de terrain des intervenants, sur l’observation des nids abandonnés par les chenilles, et sur le comptage des pontes dans les houppiers des arbres exploités durant l’hiver. La troisième pousse des feuilles de chêne durant l’été complique l’observation depuis le sol.
Ces méthodes permettent difficilement d’établir une carte précise et exhaustive de l’agression.

 

Observation satellitaire

Les variations de l’activité chlorophyllienne concordent avec les observations en forêt :

  • les pertes d’activité ne concernent que des peuplements de chêne sessile et pédonculé, les autres essences y compris le chêne rouge ont une activité stable ou croissante,
  • la défoliation ou l’absence de défoliation des chênes se traduit sur l’imagerie quelle que soit le type de peuplement : futaie âgée et jeune, perchis, plantation ou pépinière,
  • les lisières et bords de chemin sont plus particulièrement attaqués.

Carte de défoliation, vue satellitaire Carte de défoliation, vue satellitaire

 

Bénéfices

Cette carte trouve des utilisations multiples :

  • organiser l’exploitation en désignant les zones à risque nécessitant des précautions ou des mesures de protections,
  • organiser une campagne de traitement dans les seules zones les plus infestées, avec les partenaires concernés (communes riveraines, DSF, ONF, …). La détermination des zones infestées repose à la fois sur l’observation des pontes dans les arbres exploités en hiver et sur l’observation satellitaire de l’été précédent.
  • organiser les tournées en forêt, en réservant les zones infestées aux périodes pluvieuses,
  • cibler les restrictions d’accès du public,
  • analyser la dynamique de l’infestation en consultant les données des années précédentes.
  • communiquer simplement avec les intervenants en forêt.